ZOROBABEL ET LA PROMESSE DE LA RESTAURATION

 

“Alors il reprit et me dit: C’est ici la parole que l’Eternel adresse à Zorobabel: Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Eternel des armées... Les mains de Zorobabel ont fondé cette maison, et ses mains l’achèveront; et tu sauras que l’Eternel des armées m’a envoyé vers vous”

        

         Pour un esprit non-éclairé, le verset 6 de la prophétie contenue dans cette vision de Zacharie pourrait paraître hors du contexte que traite les précédents. Pourquoi l’ange du Seigneur fait-il spontanément référence à la promesse de Dieu faite à Zorobabel au moment où le prophète cherche à savoir plus sur le mystère du chandelier (v.4,5). Quel rapport existe-t-il entre cette vision et Zorobabel?

         Les six premiers chapitres du livre de Esdras nous révèle la vocation de ce gouverneur juif qui reçut du Seigneur, à la fin de la captivité babilonique, la mission de rebâtir le temple de Dieu qui était en ruine à Jérusalem. Dès que le fondement de la maison de Dieu fut posé, les édificateurs durent faire face à la rivalité et l’opposition de la part des ennemis de Dieu et de Son peuple. Semblables à des “loups en peaux des brébis”, la démarche de ceux-là même qui se présentèrent au commencement comme ouvriers pour la reconstruction de la maison de Dieu, se transforma par la suite en une véritable montagne, obstacle à la réalisation de l’entreprise de Dieu. Ils utilisèrent les moyens pernicieux comme: l’intimidation, la calomnie, la corruption, et à la fin la violence et la force pour interrompre l’oeuvre de la maison de Dieu. Cependant, Zorobabel et ses compagnons n’etaient-ils pas ouvriers avec Dieu? Jesus dit: “Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne; transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible” (Mat.17:20). D’où viens donc la foi? Sinon du message de la Parole de Dieu (Rom.10:17). Aussi Dieu leur envoya par Ses prophètes (Aggée et Zacharie) la Parole confirmée. C’est ainci que l’oeuvre de Dieu put s’achever.

         Nous avons ici une fois de plus, une figure ou un type parfait entre la mission de Zorobabel et le ministère d’édification de l’Eglise du Dieu vivant. Au commencement, le Seigneur élevé dans la gloire fit dons aux hommes qui, animés de Son Esprit, jetèrent  le fondement de l’Eglise afin d’édifier une maison spirituelle pour Dieu. C’est ici l’oeuvre du ministère apostolique dans l’âge primitif. Après cela, s’introduisirent dans l’Eglise des faux-docteurs qui renversèrent la doctrine du Christ. Ce qui n’était au commencement qu’un simple esprit séducteur, devint par la suite une véritable organisation anti-christ qui à son tour, utilisa les même moyens subtils comme les samaritains à l’époque de Zorobabel pour interrompre l’action du Saint-Esprit dans l’oeuvre de l’édification du Corps du Christ.

Il arriva cependant que, dans chacune des générations ou âges qui caractérisent “le temps des nations”, le Seigneur Lui-même donnait progressivement la lumière de la Vérité aux adorateurs par l’Esprit de la révélation qui séparait ainsi à travers les âges, le blé de l’ivraie.  Et comme de la manne donnée en son temps, la lumière de la vérité apostolique et primitive fut donnée à l’’’ange” ou messager que le Seigneur Jésus-Christ élevait dans chacune de ces époques comme précurseur de l’oeuvre de Dieu au milieu de ceux de sa génération; ayant la mission de réveiller l’entendement de ceux qui adorent à l’autel sur le Conseil ou plan de Dieu. C’est ici le mystère des sept étoiles qui sont dans la main droite du Seigneur (Apoc.1:16a,20). Le témoignage ou message apporté par chacun d’eux était une lampe allumée et le même Esprit qui les animait, réposait aussi sur tous les serviteurs de Dieu élevés avec lui dans la même génération (le type de Moïse et les soixante-dix anciens d’Israël oints du même Esprit).

Nous pouvons observer ici une chose: nombreuses peuvent être les prédications, selon la mésure du don de la grâce et la sagesse donnée à chacun de ces instruments de Dieu; toutefois, l’Esprit du Seigneur qui parle dans une génération déterminée révèle UN MESSAGE UNIQUE à toutes les églises des saints. Tout comme l’oeuvre du ministère est une seule pour tous les serviteurs de Dieu par la communion de l’Esprit de la révélation qui les conduit dans cette vérité. C’est de cette manière que tous les membres du corps unique du Christ parviennent à l’UNITE DE LA FOI et à la CONNAISSANCE PARFAITE de Celui qui est l’Auteur et le Consommateur de la foi pour le salut.

Dans la représentation du Chandelier, ce message unique dans une génération est typifié par une lampe allumée. Nous avons ainsi, sept lampes pour sept âges ou générations. Chacune d’elles pour brûler, recevait l’huile du vase pr un tube ou conduit. Un tube, mais aussi une “voie”, “un canal” unique qui vivifie la Parole de Dieu (“les paroles que Je vous ai dit sont Esprit et vie” – Jn.6:63) pour ces fils qui marchent à la lumière de la face du Seigneur et échappent à la séduction et la corruption qui ont triomphé dans leurs âges respectifs. Aussi est-il écrit: “Heureux le peuple qui connaît le son de la trompette...” (Ps.89:15).

Et, tout comme ces lampes qui étaient allumées l’une après l’autre, jusqu’à ce que tout le Chandelier était completement éclairé; le Seigneur révéla Sa volonté dans ces messages caractéristiques d’une génération à l’autre, jusqu’à la consommation du temps des nations et de la dispensation de l’Eglise. Afin que s’accomplisse ce qui est écrit: “Elle (la Parole) est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en Son Nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu” (Jn.1:11,12). Ceux-ci sont les vainqueurs dans chaque âge del’Eglise.

Mais, c’est justement à la fin des temps que selon ce qui est écrit, Christ souffre beaucoup (crucifié pour la seconde fois) et est rejeté par cette dernière génération; comme le fit Israël au jour de sa visitation (Lc.17:25). “Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?” (Lc.18:8b).

L’APOSTASIE qui selon 2Thes.2:3 doit précéder l’avènement de Jésus est venue. Le dessein de Dieu sera-t-il anéantit? Loin de là! L’apôtre Pierre a prophetisé que le ciel doit recevoir le Seigneur Jésus-Christ jusqu’aux temps de rétablissement de toutes choses; selon ce que Dieu a annoncé par la bouche de tous Ses saint prophètes. Restaurer signifie: rétablir  ou remettre quelquechose dans son état ancien; primitif.  Cela signifie aussi: récupérer, reconquérir ce qui a été perdu, réparer ce qui a été détruit. C’est cette chose que Zacharie a vu et annoncé aussi dans sa cinquième vision, et qui nous est illustré ou faite en  figure ici par la RECONSTRUCTION  du temple de Jérusalem par Zorobabel et ses compagnons qui reviennent de la captivité à Babylone. Babylone qui, aujourd’hui, pour nous signifie: la confusion spirituelle dans laquelle l’Eglise s’est embourbée, mais du milieu duquel le peuple de Dieu est appelé à sortir, selon l’Esprit qui crie: “Sortez du milieu d’eux mom peuple...” (2Cor.6:14-18).

Oui, tout comme la fin d’un cycle est identique à son commencement, à la fin de la dispensation de l’Eglise et du temps des nations, cette Eglise du Seigneur sera restaurée par la Parole vivante, donc, ramenée dans son état ancien. Ce qui veut dire, qu’elle retournera sur le “terrain des promesses”; dans son fondement primitif qui est selon la doctrine apostolique par la Parole du Christ (1Cor.3:10,11; Ef.2:20; Gal.1:8,9) et l’autel de la nouvelle alliance qui a été détruit par l’esprit anti-christ agissant dans ces ouvriers-trompeurs qui ont se sont introduits dans la moisson du Seigneur tout au long des siècles sera réparé. Comment telle chose peut-elle arriver?

“Ni par la force, ni par la puissance mais par mon Esprit, dit l’Eternel”.

Ce que confirme aussi les prophéties de Esaïe (Es.59:21) et de Joël 9Jo.2:28-32) pour ces derniers jours que nous vivons dans lesquels, par la pluie de l’arrière ou dernière saison, le Saint-Esprit sera répandu sur les “fils” des prophètes. Ces derniers, par la même parole prophétique qui a caracterisé le discours ou témoignage des “pères” qui ont fait l’annonce du plan divin pour le salut, confirmeront l’accomplissement du dessein de Dieu. “Ce qui a été c’est ce qui sera”, a dit l’Ecclésiaste.

“Les mains de Zorobabel ont posé le fondement de cette maison, et ses mains l’achèveront”.

Que signifie ceci? Le fondement de l’Eglise du Chrsit, l’édifice de Dieu a été jeté par le ministère apostolique, Jésus-Christ étant la pierre principal. Cette pierre angulaire qui a été rejetée par les bâtisseurs charnels, sensuels et sans esprit, mais élue et précieuse pour Dieu (1Pi.2:4). A la consommation des temps, le même ministère qui a posé le fondement caractérisera les “fils” des prophètes qui sont appelés selon le dessein de Dieu à Son oeuvre. Le Seigneur Lui-même témoignant avec eux par le même Esprit qui réposait au commencement sur leurs “pères” et, Jésus-Christ sera de nouveau glorifié. “Il posera la première pierre  au milieu des acclamations: Grâce, grâce pour elle”. Gloire à Dieu! Pareil à ce qui arriva au Mont-Carmel quand Elie repara l’autel de Dieu (1R.18:39).

Oui, à la fin du cycle de vie de l’Eglise sur la terre, un ministère identique au ministère des apôtres se levera sur la terre animé par l’Esprit de Dieu, et achèvera l’oeuvre d’édification du corps du Christ, par le perfectionnement des saints dans la vérité de cette saine doctrine qui est rejetée à ce jour par les bâtisseurs des églises (1Tim.4:1,2). La chose nous est représentée prophétiquement dans la “lettre” ou “message” du Seigneur à l’église de Laodicée qui caractérise le septième et dernier âge de la dispensation: à la fin de toutes choses, la véritable doctrine frappe de nouveau à la porte de l’Eglise (“Voici, Je me tiens à la porte, et Je frappe. Si quelqu’un entend a voix...”). Au beau milieu de la grande apostasie des derniers jours agissant par le mystère de l’iniquité, Christ, le mystère de la piété, est révélé à ceux qui acceptent la Parole de la promesse à la communion de la table du Seigneur (“Je souperai avec lui, et lui avec Moi). C‘est cette dernière promesse qui les amène directement au trône de Dieu; dans la gloire (Apoc.3:20,21).

Heureux les pauvres en esprit, car les royaumes des cieux qui sera bientôt manifesté, leur appartient!